Avec cette exhortation d’Ulysse à ses hommes (Dante, Enfer, Chant  XXVI, verses 119-120), nous voulons informer le public que le site Dantepoliglotta – le seul site web dédié aux traductions de la Divine Comédie dans n’importe quelle langue ou dialecte – commence une nouveau projet consacré aux droits de l’homme et à leur protection. L’intention est de donner une voix aux personnes qui ont subi des violations des droits de l’homme de la part d’autres personnes qui refusent obstinément de “suivre vertu et connaissance”.  Les hôtes de notre «coin des droits de l’homme» seront invités à lire dans leur propre langue, quelques vers de Dante d’une certaine manière compatibles avec leur histoire personnelle, l’histoire qui va à son tour être signalée et commentée dans une page web, avec des approfondissements sur la violation particulière des droits de l’homme qui est considérée.

——-

Le concept de «vertu» est très souvent utilisé dans les œuvres de Dante. Dans le Convivio, un essai doctrinaire en prose, le poète aborde plusieurs arguments philosophiques et déclare que la «noblesse humaine» n’est pas l’apanage d’une lignée, mais un cadeau individuel, un “germe de bonheur”, que Dieu met dans les âmes bien disposées à le recevoir . Dante ajoute que les fruits de la noblesse humaine sont, justement, «les vertus morales et intellectuelles», et puis se concentre sur les quatre vertus cardinales (Prudence, Justice, Courage et Tempérance) avec ces mots:

Convivio, Livre IV, XXII, 10-11
«En fait, l’ usage que nous faisons de notre esprit est double, c’est à dire que nous faisons une utilisation pratique et une utilisation spéculative […]. L’utilisation pratique est d’agir vertueusement et honnêtement dans notre vie quotidienne, à savoir:  avec prudence, tempérance, courage et justice.  L’utilisation spéculative ne consiste pas à travailler pour nous, mais à considérer les œuvres de Dieu et de la nature».

——-

Ces considérations du Convivio de Dante sur “la noblesse humaine”, sur les vertus morales et intellectuelles, et enfin sur les quatre vertus cardinales (qui d’ailleurs remontent à Platon) nous apparaissent comme une sorte d’anticipation reculée des prises de conscience, beaucoup plus tardives (et jamais suffisantes), sur la question des droits de l’homme et leur protection. Nous donc concluons cette annonce du nouveau projet “Droits de l’homme” de Dantepoliglotta en reproduisant quatre bas-reliefs médiévaux célèbres qui représentent justement les vertus cardinales.[1]


[1] Il s’agit des bas-reliefs du XIIIe siècle qui apparaissent sur le sarcophage de marbre du pape Clément II (1005-1047), originaire de la Basse-Saxe et ancien évêque de la ville allemande de Bamberg. Le sarcophage est conservé dans la cathédrale romane de la ville.

——-