Dante était fasciné par la multitude des langues. Il aimait aussi jouer avec les langues et les dialectes, si bien que dans La Divine Comédie il y a deux passages dans des langues inventées par lui, l’idiome de Pluton (pape satàn pape satàn aleppe) et celui de Nemrod, roi de Babylone, qui fit construire la célèbre tour contre la volonté divine et qui, dès qu’il vit arriver Dante dans son cercle de l’ Enfer, lui adressa en colère une insulte menaçante et incompréhensible : «raphèl maì amecche zabì almi!».

 

On peut aussi comprendre pourquoi Nemrod était de mauvaise humeur.
 

Dans l’illustration de Gustave Doré, le roi Nemrod de Babylone qui fit construire la célèbre tour contre la volonté divine


 
Il était là, dans le dernier cercle de l’Enfer, payant sa dette à cause de la colère éternelle du Tout-Puissant et tout ceci pourquoi? A cause de cette maudite tour! Et comme si cela ne suffisait pas, maintenant tout le monde l’accusait en disant que c’était lui qui avait provoqué la confusion des langues.
 
Eh bien nous, les membres de Dantepoliglotta, voulons prendre une position favorable envers Nemrod. Car la confusion des langues – même si nous acceptons que c’est lui qui l’a provoquée – n’a pas que des inconvénients mais aussi bien des avantages: c’est une grande richesse culturelle.
 
Chaque langue a sa propre musicalité, son propre potentialité artistique, sa propre production littéraire. Et toute production littéraire, qu’elle soit petite ou grande, est potentiellement capable d’être multipliée par le nombre immense des langues existantes.
 
Avec la Divine Comédie cette multiplication atteint des proportions vraiment stupéfiantes. Le site Dantepoliglotta, qui dispose d’environ deux cents éditions de traductions de la Divine Comédie dans une soixantaine de langues et dialectes, a pour but de rendre hommage à l’universalité de Dante, en faisant connaître ce riche trésor culturel aux internautes. Pour le plaisir de ceux qui aiment la Divine Comédie, pour la joie de ceux qui adorent les langues et les dialectes, et pour consoler le roi Nemrod de Babylone.
 
Giuliano Turone
Administrateur de Dantepoliglotta
 
Dantepoliglotta est né en octobre 2012 et vise à être un site en constante évolution. Les éditions de Dante (actuelles et futures) dont le site dispose seront présentées peu à peu, en mettant sur la toile, pour chacune d’elles, au minimum le frontispice et une ou plusieurs pages du texte. Pour les éditions illustrées seront publiées sur le site une ou plusieurs illustrations. Nous ne manqueront pas çà et là d’insérer des approfondissements, des informations intéressantes ou curieuses et diverses anecdotes, à cheval entre l’histoire, la mythologie, la linguistique, les lettres et les arts. Pour le moment nous commencerons – ça va sans dire – par le Cantique de l’Enfer.